Structure et fonction de la coopérative dans l’insertion professionnelle et la production alimentaire.

Depuis 2012, la Coopérative L’autre temps fournit un service par des prestations sociales dans une structure économique de production. Sa mission dans la réinsertion professionnelle, auprès des participants a plusieurs objectifs :

  • contribuer à la santé (alimentation, rythme, sommeil)
  • à une capacité de prendre soin de soi et des autres
  • assurer la dignité en accueillant tous les individus et ce qui se révèle particulier ou difficile.
  • proposer des activités qui peuvent solliciter au mieux leurs compétences et éveiller leur intérêt.
  • intégrer un questionnement sur leur situation générale, de vie et les moyens auxquels ils ont accès pour y répondre
  • constater un profit de l’expérience, de la recherche et de la satisfaction qui conduit à un changement de perception ou de point de vue
  • accompagner les participants dans la valorisation de leur travail ou de leur témoignage, à la vente, à la publication, aux événements publics.

Le long d’un tel processus et des différentes phases, se déroule l’augmentation de la capacité de travail, des capacités de base comme des compétences transversales.     Pour réaliser cette mission, la coopérative  Pour réaliser cette mission, la coopérative a créé différentes entités qui interagissent entre elles et se complètent, pour offrir des places de réinsertions différentes et sur des terrains pragmatiques :   

  • La bourse aux fruits : entretien des vergers haute-tige et récolte des pommes-poires-coings, chez des agriculteurs et des privés, transformation des fruits et légumes récoltés chez des paysans partenaires. Fabrication de produits (cuisine professionnelle) labellisés bio.
  • la Ferme agroécologique de Rovéréaz : travail dans les champs, atelier de cuisine, transformation des produits, marché local, événements
  • Le pressoir d’Orbe : fabrication et vente de jus de fruits à pépins. Service de pressage à façon (pour tiers).
  • les Vergers haute-tige : entretien d’arbres fruitiers, récolte, plantations et valorisation du patrimoine génétique et des ressources naturelles (biodiversité etc.)
  • l’épicerie Epicentre à l’Unil : vente des produits de la coopérative et sensibilisation des jeunes pour consommer local et bio, tout en soutenant des personnes en réinsertion
  • l’épicerie la Musette à Romainmôtier : épicerie et agence postale proposent des produits de la coopérative, mais aussi des produits locaux, bios et en vrac. L’épicerie intègre des personnes en formation professionnelle ou en stage.

La Coopérative L’autre temps est une entreprise sociale !

Constituer une entreprise pour organiser des programmes d’insertion professionnelle, la fabrication de produits destinés au public et favoriser la création d’emplois est un défi de tous les jours.  Notre pratique est une nouvelle intervention sociale qui se fonde sur l’expérience (J. Dewey) et sur une approche culturelle. Cependant, il suffit de venir sur les sites pour découvrir les résultats de notre réalité.

Les objectifs que nous proposons :

  • restaurer les bases de la capacité de mobilisation pour le travail, la formation ou débuter une recherche de stage
  • interrompre un schéma d’exclusion à travers l’intégration sociale et professionnelle

Les participants sont des bénéficiaires de l’aide sociale, du centre social d’intégration des réfugiés, ou des mesures d’insertion de l’assurance-invalidité.

Produire et créer des emplois

Il y a une quinzaine de personnes employées, certaines saisonnières et certaines à temps partiel. L’encadrement des programmes et l’administration sont compris dans cet ensemble.

Il est important pour nous, d’avoir une entreprise de production alimentaire qui génère aussi des emplois. Les salaires versés aux bénéficiaires de l’aide sociale sont déduits des forfaits que l’Etat leur verse. Cela représente une économie importante de ces prestations sociales. Malheureusement, nous n’avons pas pu faire valoir ce principe auprès de la direction de la cohésion sociale et ne pouvons plus fournir de prestation conventionnée au Canton de Vaud.

Notre politique d’engagement privilégie les personnes au chômage ou pour lesquelles l’emploi est difficilement accessible. En tout, ce sont trente-trois personnes qui ont bénéficié d’emplois temporaires ou fixes en 2018. Nous avons conservé dix emplois en 2020 grâce à nos membres, des donateurs et au soutien de la Ville de Lausanne.

Découvrez nos programmes de réinsertion ici